L'Europe interdit les amalgames dentaires
chez les enfants,
les femmes enceintes
et les mères allaitantes
à partir de 2018 !


=> actualités


Les statuts de l'association sont disponibles ici


MISSIONS

 

  • Alerte sur les précautions indispensables lors de travaux dentaires sur amalgame, et demande d’un affichage dans les salles d’attente des cabinets dentaires, comprenant : le texte des recommandations officielles, et une photo représentant en situation le protocole de protection du patient au fauteuil,
  • Information, basée sur des publications scientifiques, concernant les risques liés au mercure des amalgames et aux autres métaux dentaires toxiques,
  • Mise en relation des personnes intoxiquées aux métaux dentaires y compris les professionnels de la dentisterie,
  • Information sur les actions possibles par les personnes intoxiquées,
  • Action auprès des autorités françaises et européennes pour qu’elles mettent en place des tests de toxicité dans le cadre d’une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) pour tous les matériaux dentaires,
  • Coopération avec les autres associations concourant aux mêmes buts,
  • Promotion de recherches indépendantes et d’une pluralité de l’expertise dans ce domaine,
  • Obtention de la reconnaissance des intoxications mercurielles d’origine dentaire, et de l’utilisation de marqueurs pertinents dans le diagnostic,
  • Obtention de prises en charge médicales adaptées comprenant, entre autres, la chélation du mercure au lieu d’une systématique psychiatrisation des malades,
  • Obtention de l’interdiction de l’utilisation de l’amalgame dentaire pour raisons médicales et environnementales.


L'ALERTE SANITAIRE

 

Namd dénonce depuis sa création un scandale sanitaire de grande ampleur : l’utilisation dans les soins dentaires d’un métal hautement toxique, le mercure, y compris chez les enfants et les femmes en âge de procréer. Les principaux objectifs de Namd sont donc d'obtenir des instances officielles (françaises, européennes) l'interdiction des amalgames et, en attendant, d'informer largement les patients sur les précautions à prendre lors des soins dentaires .

Cette alerte sanitaire s’est appuyée pendant 10 ans sur la pratique de médecine environnementale du Dr Melet et, depuis sa disparition (août 2005), sur un important travail de compilation de publications scientifiques.

Demande de reconnaissance de l'intoxication aux métaux dentaires

L’autre scandale, lié au premier, est le refus d’envisager, chez les nombreuses personnes malades, l'hypothèse d’une intoxication mercurielle : en effet la médecine officielle écarte systématiquement la cause mercurielle iatrogène dans la genèse de nombreux troubles de santé. Ce refus entraîne une absence de prise en charge adéquate qui permettrait une détoxication des patients : ceux-ci sont orientés le plus souvent vers la psychiatrie ou vers d’autres soins à visée seulement palliative. L’association dénonce cette situation inacceptable.

Désireuse d’aider ses adhérents, l’association NAMD veut leur faciliter l’accès à des informations pratiques en mettant en place une "liste contacts"qui permettra des échanges directs entre patients sur leurs expériences : soins dentaires, thérapies, etc.

Soucieuse de la santé humaine, Namd veut faire connaître en priorité les protocoles de protection du patient à faire scrupuleusement respecter lors de tout travail dentaire impliquant l'amalgame (dépose, pose de couronne...).


QUI SOMMES NOUS ?

 

L'association Non au Mercure Dentaire a été fondée en 1998 à l'initiative du Docteur Jean-Jacques Melet, médecin épidémiologiste et surtout lanceur d'alerte français sur le problème sanitaire du mercure dentaire.
Pendant 15 ans il a tenté d'alerter les autorités sanitaires sur la toxicité des métaux dentaires, tout en soignant plusieurs centaines de patients intoxiqués.

Pendant une dizaine d'années le docteur Melet exerce au département de santé publique de Nancy. Le Docteur Melet développe sa pratique de l'épidémiologie au travers d'enquêtes liées à des intoxications environnementales (plomb, nitrate, fluor, etc. ) pour le compte de la DDASS et d'autres organismes.

A partir de 1986, il s'installe ensuite dans les environs de Montpellier et décide de se consacrer à la médecine environnementale, ainsi qu'au suivi d'enfants handicapés (trisomie 21, autisme..).

Très vite en 1987, il a alors 39 ans, il est l'objet d'une plainte du conseil Départemental de l'Ordre des Médecins (CDOM) : il lui est reproché de " mettre en œuvre la rééducation d'enfants handicapés (…) par une méthode basée sur le rôle que peuvent jouer les stimuli externes dans la maturation des fonctions cérébrales ". Jean-Jacques Melet obtenait pourtant des résultats remarquables.

Dans sa pratique médicale, Jean-Jacques Melet réalise avec les patients des bilans épidémiologiques très poussés pour inventorier tous les facteurs étiologiques possibles à l'origine de leurs pathologies. Le facteur amalgames dentaires revenant très souvent, il décide d'approfondir le sujet par des recherches bibliographiques. Il constate avec stupeur l'absence de tests de toxicité pour les matériaux dentaires, dont l'amalgame pourtant composé pour 50% de mercure ! Ce qui est un comble concernant une substance classée CMR (cancérigène, mutagène et reprotoxique).

Il réalise aussi que les autorités dentaires contestent ce problème sanitaire et désinforment les praticiens en parlant de quantités infinitésimales du mercure relégué par les amalgames, en majorant considérablement l'apport mercuriel lié à la consommation de poisson. Enfin en minorant le résultat de certaines études importantes, et même en les ignorants.

Il est traduit deux fois devant le Conseil National de l'Ordre des Médecins, qui, bien qu'il doive abandonner les chefs d'accusation invoqués, n'en décrète pas moins de lui infliger une suspension d'exercice de 15 jours sans justification fondée. Il en résultera une calomnieuse rumeur entretenue sciemment par certains membres des deux organismes ordinaux, médecins et dentistes.

Fin 1999 il dépose un recours auprès de la Cour Européenne des Droits de l'Homme.

Isolé dans sa pratique de médecine environnementale, et dans son alerte, il n'a pour seuls soutiens que celui de quelques scientifiques hors France alors focalisés sur cette même question, et celui de malades reconnaissants chez qui il a identifié une intoxication chronique mercurielle, qu'il soigne en raison de cette étiologie quand avérée par des investigations appropriées.

Conscient de l'ampleur de la carence sanitaire insensée qu'il a pu vérifier depuis 20 années, et désespéré par la surdité des autorités sanitaires à son alerte réitérée et argumentée, le Docteur Jean-Jacques Melet se donne la mort le 31 août 2005, à 57ans.

L'association Non au Mercure continue son combat sur le problème sanitaire du mercure dentaire.