A Berlin, les ONG appellent
à une interdiction totale
des amalgames dentaires
en Europe d'ici 2022


=> actualités


Les Catégories


Dossiers récents


<< afficher tous les articles

15-11-2016

NOS BULLETINS D'INFORMATION

 
Edito du numéro 33, d'automne 2017 :

L'ampleur du désastre est considérable : selon une récente étude (1), ce sont au total entre 1060 et 2800 gigagrammes (2) de mercure qui ont été relarguées dans l'environnement par des activités humaines, depuis l'aube de l'humanité. Surtout, les trois quarts de ces rejets ont eu lieu à partir de 1850. La petite Europe représenterait à elle seule 27 % de cette pollution. Il était plus que temps de prendre des dispositions pour tarir cette source empoisonnée.

Voilà tout l'objet de la « Convention de Minamata sur le mercure », entrée en vigueur ce 16 août 2017... dans une indifférence quasi généralisée. On était pourtant en droit d'attendre un peu de publicité pour cette première réglementation internationale juri-diquement contraignante portant sur une substance spécifique, qui vise à « protéger la santé humaine et l’environnement contre les émissions et rejets anthropiques de mercure et de composés du mercure ». Les enjeux internationaux (disparition des mines de mercure dans les 15 ans, réduction des rejets, encadrement du commerce, substitution par des procédés et des matériaux alternatifs, amélioration du stockage, dépollution, etc.) comme de l'interdiction d'usage des amalgames dentaires chez les enfants de moins de 15 ans et chez les femmes enceintes dès 2018.
Or, pour que s'applique une réglementation, la signature des parties ne suffit pas toujours ; faut encore que la société civile en ait connaissance et qu'elle en saisisse les enjeux.

Et l'enjeu le plus immédiat, c'est bien notre santé.

Or, sur ce point, rien ne laisse espérer que nous soyons tirés d'affaire. Car pour les personnes intoxiquées, l'errance médicale et le déni perdurent. Nous continuons de déambuler dans un système absurde, qui refuse d'admettre que nous puissions être soignés après avoir été empoisonnés.

Alors, que nous reste-t-il à faire ? Revenir aux données de la science, encore et toujours, afin de la mettre dans l'espace public et sous le nez des médecins et des décideurs, pour qu'ils acceptent enfin de nous prendre en considération.

Voilà pourquoi ce numéro est tout dédié aux dernières avancées scientifiques. Autisme, sclérose latérale amyotrophique, sclérose en plaques, maladies de Parkinson et d'Alzheimer... et toutes ces personnes en attente de diagnostic et de compréhension... Combien de malades pourraient enfin être soignés, si la thèse de l'intoxication au mercure était enfin prise au sérieux ?

 

NOTES :
1) Streets DG et al. Total Mercury Released to the Environment by Human Activities. Environ Sci Technol. 2017 Jun 6;51(11):5969-5977.
2) Un gigagramme est égal à 1000 tonnes.

 


AU SOMMAIRE :
  • DE NOUVELLES PREUVES SUR LA RELATION ENTRE MERCURE ET AUTISME
  • UNE NOUVELLE ÉTUDE DE CAS ÉTABLIT UN LIEN ENTRE MERCURE ET SCLÉROSE LATÉRALE AMYOTROPHIQUE
  • PLUSIEURS ÉTUDES RÉCENTES POINTENT DES TROUBLES DONT SONT VICTIMES LES DENTISTES
  • LES ALTERNATIVES À L'AMALGAME NE CESSENT DE S'AMÉLIORER
  • Nouvelles des alentours




QUANT AUX ANCIENS NUMEROS: