Professions dentaires: Mercure = danger!

=> actualités


Les Catégories


Articles récents



10-02-2022

article Bio Contact

 
 

13-09-2021

déclaration de Bonn sur les amalgames

 
Déclaration de Bonn sur les amalgames
(2021)

Les signataires exigent du gouvernement fédéral qu'il prenne la décision d'éliminer progressivement l'utilisation de l'amalgame dans l'art dentaire d'ici 2025 au plus tard et qu'il adapte les remboursements des caisses d'assurance maladie aux matériaux d'obturation alternatifs, pour les raisons suivantes :

1. L'amalgame dentaire est un matériau d'obturation dentaire composé à 50 % de mercure pur.

2. Le mercure est l'une des substances les plus nocives au monde. Il est particulièrement toxique pour le développement du cerveau des enfants, endommage le système nerveux central, les reins, le système cardiovasculaire et le système immunitaire. Il est persistant et s'accumule dans l'organisme. Par le biais du placenta et de l'allaitement, la charge en mercure est transmise de la mère à l'enfant.

3. Malgré les mesures de précaution légales et autres, le mercure provenant de la dentisterie est inévitablement rejeté dans l'environnement. En comparaison européenne, l'Allemagne se situe dans le groupe de tête en ce qui concerne l'utilisation de l'amalgame et, par conséquent, la cause des émissions de mercure dans la dentisterie.

4. Dans l'ensemble de l'UE, les amalgames sont à l'origine de la biodisponibilité d'environ 12 à 24 tonnes de mercure (plus de 20 % des émissions totales ), c'est-à-dire qu'ils sont émis dans l'air, rejetés dans les eaux de surface, éliminés dans les déchets solides et/ou libérés dans les eaux souterraines. Depuis que l'utilisation du mercure dans des produits tels que les piles, les lampes et les thermomètres ou dans les processus industriels a été réglementée, l'amalgame représente de loin la plus grande part de l'utilisation "intentionnelle" en Europe. On estime que 1500 tonnes de mercure sont encore stockées dans les amalgames des citoyens européens.

5. Le mercure est rejeté dans l'atmosphère dans le monde entier, principalement par les mines d'or et les centrales électriques au charbon, et il est distribué dans le monde entier. Les niveaux mondiaux dans l'atmosphère sont environ 5 fois plus élevés que les niveaux naturels. Plus de la moitié du mercure déposé en Europe provient d'émissions de mercure dans d'autres parties du monde.

6. Une fois que le mercure élémentaire pénètre dans l'eau, les bactéries peuvent le transformer en méthylmercure, une forme hautement toxique qui s'accumule dans les poissons, les crustacés et les animaux qui mangent du poisson. La norme de qualité environnementale pour le mercure est actuellement dépassée sur tous les sites de surveillance des eaux de surface en Allemagne. Presque tous les poissons dépassent les objectifs de qualité environnementale de la directive-cadre sur l'eau ; dans les bassins de l'Elbe, du Danube et du Rhin, ils sont multipliés par un facteur de 5 à 16.

7. Les poissons et les crustacés sont les principales sources d'exposition au méthylmercure pour les humains. Une étude de 2012 a révélé qu'un nouveau-né sur trois en Europe présente désormais un taux de mercure associé à une perte d'intelligence.
8. Suite à ces préoccupations, 128 pays ont négocié un traité juridiquement contraignant, la Convention de Minamata sur le mercure, qui est entrée en vigueur en août 2017. La convention de Minamata exige de chaque nation qu'elle réduise toutes les utilisations et les rejets de mercure, y compris celui provenant des amalgames dentaires.

9. Les parties sont "conscientes des problèmes de santé, en particulier dans les pays en développement, découlant de l'exposition au mercure des populations vulnérables, notamment les femmes, les enfants et, à travers eux, les générations futures".

10. En 2017, l'Union européenne a interdit l'utilisation des amalgames chez les enfants, les femmes enceintes et les femmes allaitantes (à partir de juillet 2018), a demandé aux États membres d'élaborer des stratégies pour réduire l'utilisation des amalgames d'ici 2019, et a décidé de mener une étude de faisabilité sur l'élimination progressive de l'utilisation des amalgames. Cette étude a conclu en 2020 qu'une élimination progressive des amalgames avant 2030 est à la fois techniquement et économiquement réalisable.

11. En raison du coût élevé des émissions de mercure, l'amalgame est actuellement "plus cher que la plupart, voire la totalité, des autres matériaux d'obturation lorsque les coûts environnementaux sont pris en compte".

12. L’utilisation continue de l'amalgame dentaire peut entraver et potentiellement réduire l'efficacité d'autres législations et politiques :

(a) La directive-cadre sur l'eau de l'UE, qui classe le mercure parmi les substances dangereuses prioritaires et exige que les eaux de l'UE soient en "bon état écologique" et en "bon état chimique" au plus tard en 2027; 

(b) Le règlement de l'UE sur la réutilisation de l'eau, qui vise à réduire la pénurie d'eau pour l'irrigation agricole à partir de 2023 en raison du changement climatique et à garantir un niveau élevé de protection de l'environnement et de la santé humaine et animale avec des exigences minimales;
(c) Le plan d'action de l'UE pour l'économie circulaire, qui appelle à une révision des directives sur le traitement des eaux usées et les boues d'épuration afin d'appliquer les pratiques de l'économie circulaire à la gestion des eaux usées et des boues d'épuration.

13. La politique européenne en matière de produits chimiques consiste à toujours remplacer les produits contenant des ingrédients toxiques par des produits contenant des ingrédients moins toxiques. Or, il est largement prouvé que le mercure est bien plus toxique que tous les produits chimiques contenus dans les produits sans mercure.

14. Le règlement européen sur les dispositifs médicaux (MDR) exige des preuves solides de la biocompatibilité des matériaux d'obturation dentaire à partir du 26 mai 2021. Des exigences particulières s'appliquent également à l'approbation et à l'étiquetage des obturations contenant des substances cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR). Les agréments antérieurs au 26 mai 2021 perdront leur validité au plus tard le 26 mai 2025.
Il existe de fortes raisons pour lesquelles l'amalgame ne devrait plus être autorisé selon les exigences du RIM si les circonstances suivantes sont prises en compte de manière adéquate :

(a) De petites quantités de vapeur de mercure sont constamment libérées par les plombages en amalgame. L'augmentation du taux de libération dépend de la qualité et de l'âge du plombage, ainsi que du contact avec d'autres métaux et d'habitudes telles que le grincement des dents, la mastication, la consommation de boissons chaudes ou le brossage des dents ;

(b) Bien que de petites quantités inhalées puissent ne pas être nocives pour la plupart des gens, les expositions à long terme peuvent présenter un risque accru pour la santé des personnes vulnérables et de celles qui ont une capacité réduite d'excrétion du mercure;

(c) Il existe des inquiétudes quant à la possibilité que le mercure se transforme et s'accumule dans l'organisme en d'autres composés mercuriels (plus toxiques);

(d) On s'inquiète des effets d'une quantité supplémentaire de mercure provenant d'autres sources environnementales et/ou alimentaires (par exemple, le poisson) ou des effets combinés d'autres expositions.

15. Des matériaux d'obturation alternatifs sans mercure sont fiables et disponibles, comme le montre le nombre croissant de pays européens qui ont progressivement supprimé ou complètement éliminé l'utilisation de l'amalgame en dentisterie:

(a) La Norvège, la Suède et la Moldavie ont interdit les amalgames sans exception ;

(b) En Finlande, au Danemark, aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Estonie, en Espagne, en Italie et en Suisse, l'utilisation est inférieure à 2% ;

(c) La Finlande, l'Irlande, la Slovaquie, la République tchèque, la Croatie et la Hongrie ont annoncé qu'elles allaient adapter leurs systèmes de remboursement publics aux obturations alternatives dans les années à venir.

16. Les obturations en composite et les ciments verre ionomère permettent une moindre destruction de la dent et donc une plus longue survie de la dent elle-même grâce à des procédures peu invasives.

17. Les restaurations en composite durent aujourd'hui aussi longtemps, voire plus, que les obturations en amalgame.

18. Les matériaux de remplissage alternatifs modernes sont rentables et permettent de gagner du temps.

En Finlande, au Danemark, en Irlande, en Belgique, en République tchèque, à Chypre et à Malte, les coûts de remboursement du gouvernement sont déjà équivalents à ceux de l'amalgame. En Allemagne, les bénéfices pour les composites sont plus élevés, mais ils n'ont pas été adaptés aux développements techniques depuis 1996.

19. Les consommateurs doivent supporter des coûts supplémentaires élevés pour des matériaux d'obturation alternatifs tant que seul l'amalgame est remboursé par les assurances maladie publiques pour les dents postérieures, ce que les personnes à faibles revenus ne peuvent souvent pas se permettre.

20. Dans les universités allemandes, le traitement des amalgames n'est pratiquement plus enseigné, mais seulement de manière théorique. La jeune génération de dentistes ne peut répondre à la demande des compagnies d'assurance maladie d'utiliser l'amalgame comme matériau standard.

21. Une nette majorité de 86 % des personnes interrogées dans le cadre d'une enquête de l'UE (2014) s'est prononcée en faveur d'une interdiction européenne des amalgames.

C'est pourquoi nous demandons au gouvernement fédéral de respecter le principe de précaution et les normes environnementales, de décider d'un abandon général de l'utilisation de l'amalgame dentaire au plus tard en 2025 et d'adapter les remboursements des caisses d'assurance maladie légales aux matériaux d'obturation alternatifs.
 

13-04-2021

plan d'interdiction de l'amalgame en Italie

 
Italie
Le ministère italien de la Santé a publié son Plan d’action national pour réduire l’utilisation de l’amalgame dentaire ce mardi dans lequel il « décrit les mesures nécessaires pour éliminer progressivement l’utilisation des amalgames dentaires en dentisterie, dans le but ultime d’éliminer complètement l’utilisation, par des mesures non coercitives, d’ici le 31 décembre 2024!
Même si le plan ne contient que des mesures non coercitives, la date d’élimination progressive est un signal clair.
On peut craindre malheureusement que la France soit le dernier pays à interdire l’usage de ce poison . En 2017 c'était encore 15 Tonnes de mercure qui étaient mises dans la bouche des Français dans l'année. La France est l'un des seul pays à s'être officiellement opposée à l'arrêt de l'amalgames dans l'UE.
 

13-04-2021

interdiction de l'amalgame en Nouvelle calédonie

 
Nouvelle caledonie
2019 Nous saluons la détermination de l’association calédonienne IMNC (Intoxication Métaux Nouvelle Calédonie) et de sa présidente Julia Tudare dont l’action soutenue par l'Alliance Mondiale pour une Dentisterie sans Mercure(Charly Brown USA,a conduit à l’interdiction de l’utilisation des amalgames dentaires à partir du 1er octobre 2019 sur le territoire calédonien). L’IMNC est une ONG qui œuvre pour faire (re)connaitre les dangers de la présence des métaux lourds dans le corps et les problèmes très graves qui en découlent. Elle agit en partenariat avec la Nouvelle Zélande (Dr. Wojick) et l’Australie (Dr. Siow) dans le but également de former des médecins qui seront aptes à prendre en charge des patients touchés..